NOUS ÉTIONS PARTIS EN CHINE DÉBUT AVRIL 2012 POUR INAUGURER “LA CITÉ BRETAGNE” AU SUD DE SHANGHAI DANS LA PROVINCE DE NINGBO, UNE  NOUVELLE VILLE INTERNATIONALE À CONSTRUIRE GRÀCE À  UNE OPPORTUNITÉ OFFERTE PAR LA PRINCESSE IMPÉRIALE CHEN WEI WEI. AINSI LA PROMESSE DE LA CHINE D’OFFRIR UNE TERRE AUX BRETONS EN RAISON DE LEUR RÔLE ACTIF JOUÉ DANS LA RÉSISTANCE PENDANT LA DEUXIÈME GUERRE MONDIALE ÉTAIT TENUE.

 

   

L’inauguration de “ Cité Bretagne” a eu lieu le 6 avril devant une des Pagodes où a enseigné et où est mort le Grand Maître Chinois Maitreya, non loin d’une deuxième Pagode où est né le Maître et qui a brûlé récemment de façon étrange; ceci parce que ces pagodes vont être rénovées dans le cadre de la construction d’un Palais jouxtant la “Cité Bretagne: Maitreya étant considéré comme “l’Instructeur mondial” que toutes les religions attendent impatiemment.

Ces initiatives se situent dans l’aspiration étourdissante de la nouvelle Chine, aujourd’hui pays ultra moderne avec un esprit nouveau, une soif de spiritualité portée lors de ce voyage par le Vénérable Nyanadhao et le Grand Maître Chinh Dinh.

On comprend des lors que la Chine n’a pas de leçon à recevoir de quiconque et qu’elle pourrait par contre en donner. Car de mes yeux étonnés, j’ai vu.

J’ai vu la Grande Chine ouvrir son cœur à la Bretagne et la Bretagne, morceau de France, trouver une terre que la Grande Chine lui avait promis

J’ai vu une belle Princesse entourée de chinois exceptionnels dans des halos de lumière

J’ai vu de larges avenues comme des Champs Elysées, des buildings gigantesques comme à Manhattan, partout plein de Manhattan

J’ai vu la puissance d’un peuple heureux, d’un peuple en marche, solidaire et fier et compris la raison de sa fierté

J’ai vu les mensonges s’écrouler, les faux clichés sur un régime jalousé parce qu’il est ce régime et j’ai pensé à tous ces gens qui tordent la réalité

J’ai vu toute cette matière établie; j’ai senti aussi l’esprit de ce peuple qui souffle comme un vent nouveau, l’esprit de la Chine et j’ai été boire à cet esprit tombé de la bouche des Grands Maîtres.

Je me suis incliné, puis je n’ai plus rien vu.
J’ai seulement entendu le chant mélodieux des oiseaux au milieu des poutres calcinées de la Pagode de Maitreya. Ils me parlaient doucement de la paix.

Puis je suis revenu, le cœur grand ouvert, à attendre que mon trouble disparaisse:
En vain
                                                             New York le 27 Avril 2012
                                                             Pr. Jean-Luc Pérez
                                                             Président, Co-fondateur du CRN